Scène Slam du Festival: Diamanka, Banzai, Rouda, Diofel, Boudor, Stone…

Lundi 20 Décembre 2010….

CA y est on y est enfin ! Dakar a accueilli le fils prodige, accompagné de ses amis porteurs de mots précieux et de belles mélodies.

Dakar a enfin reçu Souleymane Diamanka ! Dakar a reçu Rouda, Dakar a reçu John Banzai, et Dakar est content ! 🙂

C’est vrai l’accueil n’était pas à la hauteur il faut le dire. La grosse chaine du business  marketing et blin bling américaine, est passé par là, par le biais de Busta Rythmes ! Oui le festival a eu la mauvaise idée de le programmer le même jour que le grand concert de slam. C’est un peu le même public, et Il faut se dire la vérité, à Dakar le slam ne fait pas (encore) le poids devant Busta. (Pensées de chat : Mais on y arrivera un jour hihihi)

La biscuiterie n’a pas donc « explosé de monde » comme on s’y attendait ; mais le public était quand même là. Un public réceptif, un public à l’écoute qui a su apprécié et écouté chaque mot  généreusement offert par les artistes tout au long de cette belle soirée.  Oui généreux ils ont tous été, à nous parler d’amour, de poésie,  de sagesse, de la vie,  comme seuls les poètes savent le faire…

Les poètes ne se cachent plus  pour  écrire, Souleymane Diamanka  et Rouda nous l’ont prouvé en apparaissant en chair et en mots devant nos yeux ou plutôt nos oreilles enchantées, en duo sur le magnifique et désormais célébrissime « les poètes se cachent pour écrire » !

Autre magnifique duo celui des deux eternels compères, frères de mots, les PEULONAIS Souleymane et John Banzai  On ne sait plus qui est peul et qui est polonais dans l’histoire. Ils slamment tous les deux, à tour de rôle avec les deux langues avant d’enchainer avec « Soleil -Jaune ». (Souley/ john, Soleil/jaune) Magnifique !

Magnifique était aussi le duo (oui encore) avec Corinna de I-Science  dans ses envolées dont elle seule a le secret ! A croire qu’elle a toujours chanté avec Souleymane sur ce titre ! Il y avait cette belle cohésion qui nait spontanément entre deux artistes talentueux. C’était beau à voir.

Mais il n’y a pas eu que des duos ! Nous avons eu droit à un solo de chacun :

Souleymane en poésie et en groove comme il a le secret. La voix suave de velours, le sourire heureux d’être « à la maison »…. Muse amoureuse, le rêve errant du révérant, papillon en papier, si on te parle avec des flammes…  douce promenade en mots et en musique pour le grand bonheur des fans. Ses parents qui étaient dans le public, devaient être fiers de leur fils ! (Pensées de chat : Moi aussi quand je serai grande je voudrai avoir un fils comme lui hihihi)

Souleymane Diamanka et John Banzai

John Banzai qui est passé juste avant Souleymane nous a charmé avec ses incroyables  jeux de mots, et son rythme groove-Jazzy ! J’ai adoré la musique ! Banzai, sous  ses airs un peu rebels, nous parle beaucoup d’amour, et je vous l’ai dit, il n’y a rien de plus beau qu’un poète amoureux. Ce n’est pas pour rien que son album est titré « Lover Dose ».  Je vous avais parlé récemment de mon coup de cœur « l’écho ainsi danse », pas la peine de vous dire comme j’étais contente de l’avoir en live. Avec un public qui chante en écho ca donne encore mieux ! « Veuillez-veillez sur vos rêves » nous dit le poète, merci de veiller avec nous Banzai!

Rouda quand à lui, même quand il boit de l’eau, c’est génial ! Petit clinsd’œil à ceux qui étaient là et à l’humour de Rouda 🙂 Oui Rouda nous a fait rire, Rouda nous a fait réfléchir, Rouda nous a  nous a touchés, Rouda nous a baladés dans Paris, Rouda nous a aussi parlé d’amour (hé oui encore!). « Sans toi, la vie est whisky sec, sans glaçon ! » rendre le whisky tout d’un coup aussi romantique, il faut le faire quand même ! Smile le reste du texte était encore mieux, mais je ne l’ai pas retenu malheureusement (puissant ce texte !).  Il est passé aisément du slam au rap avec cette belle maitrise du verbe et ce flow qui tue. Après avoir écouté Rouda, on n’entend plus le mot slam, sans avoir envie de crier « SAUVAGE !!! » Demandez au public, il en sait quelque chose ! Alors tous  ensemble encore une fois « Slam, SAUVAGE !!! » Merci Rouda !

Mais attendez ce n’est pas tout ! Cette belle scène slam a accueilli aussi notre Diofel national accompagné du groupe ISicence.

« De la plume à la scène »,Diofel nous a ouvert les portes de son univers. Il nous raconte sa rencontre avec l’écriture (hum hum un baiser à 12 ans, et voila que la plume se déchaîne).  L’amour revient aussi (hé oui encore !) avec le fameux Malaika bien connu des VSLAM ! Vslam qui était d’ailleurs représenté en force dans le public. Il suffit de dire « familloo » pour les voir…ou plutôt les entendre. Oui ce soir Diofel encore à fait de l’oxygène avec des mots. Belle prestation !

De l’oxygène avec des mots Boudor et Stone du Cameroun aussi l’on accompli en beauté. De la belle poésie au parfum bien de chez nous. De la poésie comme j’aime ! Ils nous ont fait voyager en poésie et en beauté !

Vidéos et interview de tout ce petit monde, avec Sabadol’Art vision, à voir bientôt sur Agendakar. En attendant, voici la scène en image avec les photos de Dam et Muss photographie.

« Veuillez veillez sur vos rêves» et « Que le mot soit perle » !

Miaou !!!

 

Photos : Dam et Muss photographie – contacts  msphotographie@gmail.com

Remerciements: Festival Mondial Des Arts Nègres.

Aisha Deme – Decembre 2010