« Il est dans le temps, l’instant. Une danse, une cadence…»

Nuit du mercredi 29 au Jeudi 30 Décembre

Ce soir s’est déroulée la dernière soirée danse du Festival au théâtre Nationale Daniel Sorano.

Une belle clôture avec les Compagnies Ekan Immortel du Cameroun et Faso Danse Théâtre du Burkina Faso. Un mot : Impressionnant !

Ca commence en puissance avec Ekan Immortel dans un spectacle de danse traditionnelle camerounaise. Spectacle débordant d’énergie et de vitalité ! Le genre de spectacle que l’on prend  VLAN sur la face. Rythme, énergie, puissance. De moi siège, j’en étais moi-même miaoument essoufflée. Alors là mes amis, pour danser, ça a dansé croyez-moi ! A se demander comment on peut tenir un tel rythme pendant tout ce temps. C’était d’ailleurs  un peu trop long à mon goût, mais d’un professionnalisme et d’une justesse remarquable.

Essoufflée étais-je donc à la fin de ce spectacle. J’avais comme un besoin de reprendre mon souffle.  Et je soupçonne la compagnie suivante, la compagnie et Faso Danse Théâtre du Burkina Faso, d’avoir un don pour lire les pensées des petits-chats-essoufflés 🙂

Ils sont arrivés en mélodie, en musique, et en poésie ! La Magnifique voix de Dieynaba Koné la chanteuse malienne qui a brillée de mille feux dans l’Opéra du Sahel ouvre les hostilités. Elle est accompagnée de mes deux instruments préférés : Une kora et une guitare. Les danseurs sont 4. Ils représentent Mandela, Sankara, Lumumba, Nkrumah. L’Afrique dans la splendeur de ses grands leaders! De la danse contemporaine dans un sublime moment d’expression artistique.

Serges Aimé Coulibaly le brillant et célèbre chorégraphe burkinabé, qui est à l’origine de ce magnifique  spectacle nous confiera en coulisse, qu’il était important pour la compagnie de le présenter  pendant le Festival Mondial des Arts Nègres. Spectacle qui représente en lui-même la renaissance Africaine.

Il est aussi important de montrer aux jeunes africains, l’histoire de l’Afrique, mais aussi mettre en avant des leaders comme Mandela, Sankara, Lumumba qui sont des exemples pour la jeunesse Africaine.

Le public est conquis, Standing ovation pour la compagnie et Faso Danse Théâtre.

Ovation aussi pour Gacirah Diagne de Kaay Fecc, commissaire de la section danse du Festival, qui nous   dit avec beaucoup d’émotion, sa satisfaction.

« Ce n’était pas facile, mais nous y sommes arrivés. Et c’était un travail d’équipe, j’ai été aidée, soutenue et vraiment c’était formidable. Nous avons reçu beaucoup de groupes et nous avons eu des spectacles magnifiques.« 

A propos du festival en général elle nous dit

« Ce festival nous a apporté beaucoup en spiritualité, en couleur, en esthétique…« 

Couleurs et esthétique, mais surtout talent et rigueur, voilà ce que j’ai retenu en sortant cette salle ce soir. J’ai aussi retenu ces mots d’un des musiciens du Faso danse. Ces mots qui depuis, dansent dans ma tête :

« Il est dans le temps, l’instant.

Une danse, une cadence…

Le moment d’exister… »

 

Miaou….

 

Crédit photos:

http://www.fasodansetheatre.com/

http://www.thomassankara.net/spip.php?article594&lang=fr

 

Remerciements: Festival Mondial Des Arts Nègres.

Aicha Deme – Decembre 2010