Mali Bala, Mali la grande: Lettre au Mali

« Au Mali, pays voisin si aimé où nous avons tant d’amitiés, à defaut d’y être, nous avons voulu contribuer de toutes nos forces avec cet esprit là justement. Une ode, un chant, un cri, appelez le comme bon vous semble, en tout cas voici MALI BALA, MALI la grande… »

Je m’appelle Fatou Kandé Senghor,

Je suis artiste. J’ai grandi partout dans le monde et l’endroit que je préfère est là où se trouve l’harmonie. Cet eden existe peut-être que dans nos coeurs, mais pendant que l’on est là et puisque notre temps est compté, faisons au mieux pour le construire . Ma part de contribution au monde est ma créativité, mon activisme, mon esprit.

Pendant dix ans Waru Studio a fontionné comme une plateforme de dialogue autour d’histoires de l’art et de culture. (…)

Après dix ans, on évalue tout ce qui a été dit et fait et Non, Waru Studio n’est pas un espace dit indépendant, c’est un esprit, qui a donné une pulsion à certains, confirmé d’autres, ouvert des voies sures de collaborations avec les régions du pays et le reste du monde.

 

 

Warustudio est certes né de la passion de l’ artiste fatou kandé senghor aujourd’hui agée de 42 ans mais il vit dans tous les coins de ce globe.

Au Mali, pays voisin si aimé où nous avons tant d’amitiés, à defaut d’y être, nous avons voulu contribuer de toutes nos forces avec cet esprit là justement. Une ode, un chant, un cri, appelez le comme bon vous semble, en tout cas voici MALI BALA, MALI la grande. Ca a été un moment de bonheur d’une simplicité à executer qui m’a rappelé que nous sommes si forts ensemble, si fort.

 

MALIBALA, MALI LA GRANDE notre missive, notre cri, c’est la somme de la générosité de fils et de filles d’ici et d’ailleurs, qui ont donné leur avis, leur soutien, leur temps, leur energie face à une situation qui nous a pris de court, qui est d’autant plus choquante et frustrante que l’on n’entrevoit pas de solutions pour abreger immediatement la souffrance des populations. Quelle tragédie…

Nous postons donc notre lettre à toute sorte de destinataires pour leur rappeler l’existence de populations en danger, de femmes, d’enfants…C’est cela la motivation de notre intiative. Et bien-sur, ca n’est pas un hasard que ce sont des voix de femmes qui libèrent les mots. Les femmes concentrent un grand pourcentage de la population constituée en majorité de jeunes entre 15 et 35 ans. Elles représentent la partie essentielle de la démographie sociale et économique des pays en développement. La part qui a besoin de recevoir notre part urgente de vérité.

Les artistes

Fatou KANDE SENGHOR (Sénégal),
Moona YANNI (Sénébénin),
Claire MBENG (Sénégabon
Gnima SARR (Sénéfrance),
Sista DABA (Sénéfrance,
Rockaya LOUM (Sénégal),
I SATOU(Sénéguinee bissau),
Mamie KANOUTE (Sénémali),
Coura (Sénégal),

Partenaire associé à la mise en oeuvre

BOIS SAKRE – Daara J Family
LA FACTORY
COUMBA TOURE militante feministe.

Article écrit en 2013.