« Regard sur cours » : Quand Gorée ouvre ses portes

L’Île de Gorée située au large de Dakar et classée patrimoine mondial de l’Humanité, a accueilli du 29 au 31 Mai 2015 la dixième édition de « Regards sur cours », évènement devenu désormais un rendez-vous incontournable du calendrier culturel dakarois.

« Regards sur cours » est une résidence artistique qui, pendant un week-end, transforme l’ile en un énorme « centre d’exposition d’art contemporain ». Cet évènement va cependant au-delà d’une simple manifestation artistique. Il offre la possibilité de découvrir Gorée sous un autre angle, en ouvrant ses maisons aux artistes et à leur public.

Il est toujours agréable de se promener dans l’île, sillonner ses belles ruelles, tout en admirant les façades colorées. Parfois l’on essaye d’imaginer ce qui se cache derrière les portes. « Regards sur cours » donne  alors l’occasion de les franchir, de visiter des expositions tout en découvrant les  intérieurs avec leur architecture inattendue.

Entre cascades de bougainvilliers, vue imprenable sur la mer, grand luxe ou sobriété absolue, chaque porte franchie réserve une surprise.

L’édition de cette année a connu moins d’affluence du public que les précédentes. Mais du côté artistique, les grands noms ont, comme d’habitude, côtoyés les moins connus en peinture, design, sculpture, photographie, artisanat local ou international.

Cette dixième édition était dédiée au peintre Souleymane Keita décédé en 2014. Les tableaux de l’artiste ont majestueusement tapissé l’étage du centre socio-culturel de Gorée, accompagnés des noms des mastodontes que sont Ousmane Sow, Soly Cissé, ou encore Ndary Lô. Mais on reste un peu sur sa faim quand à l’hommage que rendent ces grands artistes au peintre.

Ailleurs, des noms plus discrets comme celui de Johanna Bramble spécialisée dans la création du pagne tissé, ont éblouie par une vague de couleurs et la délicatesse du tissu. Le jardin de la maison qui l’a accueillie devint alors un endroit féérique où trônait un lit empilé de multitudes de coussins, des poufs des chaises çà et là, avec une agréable vue sur la mer…

Le designer Ousmane Mbaye avait quant à lui, installé son univers dans une maison plus sophistiquée, plus grande. Les meubles se sont dressés naturellement à côté de la piscine comme s’ils ont été là depuis toujours. Dans le  jardin, on pouvait prendre un thé avec l’artiste, dans un salon sorti de son imaginaire. Ousmane Mbaye, aujourd’hui connu au niveau international a fait ses premières expositions avec « Regards sur cours ».

Un peu plus loin un collectif d’enfants a présenté des tableaux de peinture sous verre dans une grande cour sobre où ils jouaient entre deux béliers et sous des voiles de linge qui séchait au soleil.

Une autre cours nous dévoilera le surprenant travail de Pascal Nampémanla avec sa série « Daly Report ». Il s’agit de dessins à l’encre et au café sur du papier journal. Sur des milliers de caractères imprimés, le dessinateur (et photographe) réimprime son interprétation de l’information.

Ainsi s’égrèneront les œuvres, de même que les émotions tout le long de la visite. L’intérieur d’une cinquantaine de maisons dévoileront, au fur et à mesure, des œuvres artistiques à découvrir comme un trésor, carte et légende sous la main. La visite n’est plus comme celle d’une vaste expo; la promenade sur l’île n’est plus une simple balade. Le tout devient une expérience artistique intéressante et poétique.

« Regards sur cours » est une idée de Marie-José Crespin, goréenne et grande militante pour la promotion de la culture. C’est aussi une manière de sauvegarder le patrimoine de cette île historique en l’impliquant dans la création artistique.

La manifestation était annuelle de 2003 à 2009. Elle se passe désormais tous les deux ans, en alternance avec la grande Biennale des arts de Dakar.