Les deux prodiges sénégalais du Saint Louis Jazz 2017 : Focu sur Alune Wade

Nous l’avons vu, le programme du Saint Louis Jazz cette année est alléchant à vous donner le vertige. Mais, nous les aimons n’est ce pas ces tourbillons culturels qui nous emportent, le temps d’un festival ou d’une biennale, balayant les doutes ou autres frustrations concernant l’organisation, en attendant la prochaine édition (mais ça c’est une autre histoire –  et l’objet d’un prochain billet – ).

Oui nous l’aimons ce tournis, cette joie grisante de voir nos villes vibrer malgré tout, au rythme des arts et de la culture, bravant les problèmes budgétaires, le manque d’accompagnement, les sponsors belliqueux etc.

Je ne sais pas vous, mais moi je suis particulièrement euphorique cette année, en voyant trôner sur cette affiche vertigineuse, le nom de deux jeunes sénégalais au talent et aux parcours exceptionnels. Il est important de s’arrêter sur ces deux compatriotes – Oui  chauvine jusqu’au bout des ongles ! –  qui côtoient les plus grands. Focus sur Alune Wade et Hervé Samb, les deux prodiges Sénégalais du Saint Louis Jazz 2017. 

Alune Wade, la force tranquille

Paris Bercy, Cours Saint Emilion, un après-midi d’automne. En le voyant arriver à notre Rendez-vous, je me dis qu’on pourrait le prendre pour un banquier, un médecin, un chef d’entreprise avec son look BCBG. Le gendre parfait. En réalité, il est juste un des meilleurs bassistes de sa génération. On le surnomme ‘’Marcus’’,  pour Marcus Miller son idole de jeunesse de qui il a hérité cette ligne de basse capable de réveiller une momie. 

Alune Wade fait la fierté du Sénégal sur les plus grandes scènes Jazz du monde. Il a joué avec  Youssou NdourMarcus Miller, Cheick Tidiane Seck, Paco Serry, Bobby McFerrin, Joe Zawinul, Aziz SahmaouiPause : je n’oublierai jamais ce magnifique concert à Rabat où Alune Wade et Hervé Samb – comme par hasard – accompagnaient Aziz Sahmaoui de façon absolument magistral. Je n’oublierai pas  la grande fierté que j’ai ressenti ce soir là (chauvine jusqu’au bout du afro ! ) en plus de l’immense bonheur  de mélomane. Retenez bien : Aziz Sahmaoui and the University of Gnawa. Si ça passe prêt de chez vous, je puis vous assurer que vous aimerez le voir ! ( et la pause fini ici. Play !)

Alune Wade, ce bassiste discret nous a confié dans une interview en 2012  que Joe Zawinul, était une de ses plus belles rencontres. En effet, le regretté pianiste autrichien membre du légendaire Weather Report​ avec Jaco Pastorius et Wayne Shorter  a été celui qui l’a littéralement fait entrer dans la cours des grands. Alune fut pendant de longues années le bassiste attitré du Zawinul Syndicate.

En 2015, Alune enregistre avec  Marcus Miller  l’album « Afrodeezia » 3.

Il sort également l’album “Havana – Paris – Dakar “ avec le pianiste cubain Harold Lopez-Nussa.  Il y reprend certains standards africains en version cubaine comme ‘’Seydou’’, de Salif Keita, ‘’Aminata’’ de Laba Sosseh, ‘’Sénégal’’ de Ouza ou encore ‘’Aye Africa’’ de Manu Dibango et Joseph Kabasele.

De ses rencontres, cet artiste qui a été influencé aussi par Charlie Parker, Jaco Pastorius, Youssou N’dour, Ismaël Lô a appris à fusionner, à marier les genres musicaux. Tout cela additionné à sa culture urbaine dakaroise et sénégalaise donnent la musique de Alune Wade.

La musique, Alune est tombé dans la marmite quand il était tout petit. A l’époque son père qui dirigeait l’orchestre symphonique de l’armée Sénégalaise lui fait prendre des cours de solfège, il avait  6 ans. Suivront  ensuite ceux de guitare, de piano et  basse.  Il perfectionnera la basse pendant quelques années auprès de Samba Laobé Ndiaye, bassiste d’Ismaël Lo. Ce même Ismaël Lô le prendra dans son groupe pendant plusieurs années, avant que le musicien ne s’envole pour toutes ses belles aventures artistiques.

En évoquant ses débuts, l’artiste raconte avec émotion les sacrifices consentis comme marcher des kilomètres pour pouvoir assister à ses cours. En se rappelant de ces moments, il se dit que si c’était à refaire il n’aurait pas le courage.

C’est cet artiste talentueux, qui a déjà une grande carrière  malgré son âge encore jeune (39 ans) que vous verrez sur la grande scène du Saint Louis Jazz ce 28 Avril à 21H sous les couleurs du Sénégal.

(Si vous n’avez pas encore réserver vos tickets c’est par ici )

A venir : Focus Hervé Samb

Edit : Après avoir lu mon article, l’artiste, en pleine préparation, m’a envoyé ce petit message pour vous ! #EnPLusIlestSympa

Ecoutez la donc cette ligne de basse. Je suis contente parce c’est ce Alune Wade là que j’aime (pas celui des rythmes cubains) et quelque chose me dit qu’on sera bien servi.

 

 

Source Photo  http://www.solidarityofarts.pl