Yao le film, un petit poème…

YAO le film, le dernier tant attendu d’Omar SY est arrivé en primeur au Sénégal. Avant tout j’ai aimé ce choix, de faire l’avant première mondial du film au pays où il a été tournée, et qui est au centre de l’histoire (comme un personnage)

Yao est un petit poème : dans l’histoire, les personnages, les dialogues et les images.

C’est un film très touchant et profondément humain. Le duo que forment le petit Lionel Basse et Omar Sy lui procure une sensibilité particulière. Cet enfant qui accompagne le personnage dans son retour aux sources, qui le guide sur ce chemin comme si les rôles étaient inversés…  C’est l’enfant qui prend la main de l’adulte et l’oriente le long du chemin. Ils sont émouvants, l’enfant et l’adulte, dans leur relation si forte. Il y a à la fois tant d’émotions partagées et – pourtant – beaucoup de pudeur. On n’est pas dans l’excès, tout est bien dosé, juste ce qu’il faut, jusqu’à la petite touche d’humour

Lionel Basse dans son premier rôle est très mesuré mais d’une profondeur particulière. Attachant à souhait, il m’a touché le coeur. En tout cas voilà une belle graine de semée par Philip Godeau. Elle pourrait nous offrir une jolie éclosion. je suis fière et très heureuse de savoir que le jeune acteur est un élève brillant, premier de sa classe avec une moyenne de 17 ! (education is the key)

Philip Godeau au delà de cette histoire, nous offre aussi un très beau voyage dans le Sénégal de l’intérieur, Les paysages sont magnifiques.  Son un regard, malgré une ou deux “soucis” de narration, est juste, et j’en aime la générosité. J’aurais souhaité parler de quelques scènes mais je ne voudrais pas spoiler.

Allez donc le voir, et revenez donc me voir , on fera le thé et on en discutera 🙂

Je peux quand même dire que j’ai beaucoup aimé ce film. Vraiment beaucoup.

 

“Qui parle sème, qui écoute récolte”

 

Belle journée à tous, culturellement vôtre